Une sardine dans le vieux port

Le pire n'est même pas certain

16 octobre 2007

Sardine et l'auteur

 

koilight_1

 








Elle : Il faut que je te dise un truc.
Sardine : Quoi encore ?
Elle : Toi et moi on va prendre le large…
Sardine : Quoi ???? Tu m’as prise dans tes filets et maintenant tu veux me balancer au large comme une vieille morue ?
Elle : Sans moi tu n’existes pas, tu ne peux rien faire contre ça. Mais tu resteras à l’intérieur de moi, dans mon cœur-aquarium.
Sardine : mouais….
Elle : Fais pas la gueule ! Tu sais bien que je suis obligée de te garder maintenant, mais je n’écrirai plus sur toi, voilà.
Sardine : C’est vrai ? Je peux rester avec toi alors ? Que toutes les deux ?
Elle : C’est tout à fait ça !

Sardine : Et aux autres, les lecteurs-amateurs de sardine tu vas leur dire quoi ?
Elle : Merci !
Sardine : C’est tout ? C’est un peu léger ça quand même..
Elle : Je ne sais pas quoi dire d’autre…
Sardine : Laisse-moi faire, puisque c’est la dernière fois
Elle : Vas-y !

…………………………….la larme dans l’eau je vous laisse. Je file avec Elle.
Il paraît que dans le sac en plumes de Elle il y a d’autres personnages qui poussent, en plus des ailes.
Il paraît qu’il y a des mots qui se bousculent et le temps qui lui manque, qui lui manque comme si il était déjà mort…
 

Sardine

Posté par zaile à 19:16 - Ondes [20] - Permalien [#]

Ondes

    T'es pas en train de nous dire que tu tires ton chapeau là ?
    WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN ! WOUIN !

    Posté par Dam_Dom, 16 octobre 2007 à 22:26
  • C'est classe de plier tes petites affaires avec l'origami...

    Ma petite sardine, va, réponds à cet appel d'air et d'elle, et deviens une grande auteure !

    Et si l'on vient te chercher noise ce sardinicide apparent : tu nies tuer la rade ! (ce qui ressemble beaucoup à une l'anagramme de "sardine et l'auteur")

    Posté par coachola, 17 octobre 2007 à 00:52
  • Eh ! Merde !

    À vrai dire ce long silence ne me disait rien qui vaille.
    Déjà que les blogs sympas, originaux, écrits sans fautes, on n'en trouve pas beaucoup dans nos filets, Vl'à la sardine qui se casse.
    C'est bien sûr toi qui vois, mais ça fait de la peine.
    Bises humides...

    Posté par papet croûton, 17 octobre 2007 à 06:29
  • Oh la la ! J'ai dû relire 3 fois, je comprenais plus rien ... c'est toi ou c'est elle qui part ? Et c'est toi ou c'est elle sur la photo ?
    En fait tu veux arrêter de peur de devenir schizophrène, j'ai bien compris ...
    Quel dommage ! Mais la fin d'une chose est le début d'autre chose, toujours (sauf la fin ultime ... et encore ... qui sait ?).
    Ce qui me chagrine le plus, c'est que si tu sautes le pas et que tu publies, on n'en saura rien ... Je te suggère de laisser ce blog ouvert et d'y faire ta pub le moment venu ... ou alors de garder nos adresses mail et de nous envoyer un spam. Ah ouais, ça ça serait chouette !
    Bon vent Mme Sardine !

    Posté par madamedekeravel, 17 octobre 2007 à 09:14
  • hooooo noooonnnnn

    bouuuuuuhhhhhhhhh !!!
    Pas toi. Dis moi que tu t'en vas pas trop loin, que tu vas encore nous écrire des petits mots frétillants de temps à autre... dis, c'est pas vrai, tu pars pas ?

    Sarrrrrdddiiiiiiiiiiinnnneeee !

    Mais je vais pas faire mon égoïste, et si tu pars pour éditer, alors là je suis carrément 'achement fière de toi p'tit bout de nénétte.
    Et puis tu sais quoi ? bien plaisir de revoir ton sourire esquissé, ça me rappelle ..." pleure pas caillou " !
    Bon vent LA MISS, sois heureuse dans cette nouvelle aventure, et fais nous des coucous furtifs hein...
    Je t'embrasse bien fort.
    LaFéeTristoune

    Posté par féekabossée, 17 octobre 2007 à 22:52
  • Ah non, ne pars pas. Maintenant que je t'ai rencontré, je me prenais à lire ton blog d'un oeil différent...
    Bonne route à toi!

    Posté par Ma Fenêtre, 17 octobre 2007 à 23:16
  • C'est que ça finirait presque en queue de poisson cette histoire là.
    Sauf si tu promets qu'on pourra lire encore des mots de toi, évidemment.
    Donne-nous des nouvelles...
    Grosses bises

    Posté par frisson, 18 octobre 2007 à 02:31
  • Merde, pas moyen de te repécher ?
    Ah ah
    Chacun y va de sa petite blague, parait que faut rire de tout.
    Salut la sardine, et bonjour à elle.

    Posté par lol, 18 octobre 2007 à 11:22
  • Plouf !

    Merci pour vos "Merde, wouin, j'ai rien compris, dommage, queue de poisson et oeil différent. Bises humides et sardinicide, faut rire de tout, ne pleure pas caillou"

    C'est bizarre d'arrêter, je vous jure que c'est bizarre..mais j'ai vos adresses miel...

    Posté par Sardine, 21 octobre 2007 à 20:33
  • Quoi ??? Y'a que 8 personnes pour te laisser un message d'au revoir ?

    C'est bien la peine de passer des heures à faire ton blog ! Moi, à ta place, je l'arrêterais tout de suite ...

    Posté par coachola, 21 octobre 2007 à 23:42
  • Transardinienne

    Sardine, transforme-toi en truite, en brochet (brochette?), en pilou-pilou d'eau douce, en rutabaga à stuccion verte, en poisson-clown, en algue orange ayant abusé de vodka submarine, mais tiens-moi au courant, (aiguille-moi vers le Gulf Stream), je ne te reconnaîtrai pas si tu changes d'écailles! Indique-moi dans quel transat tu transites, je ferai de même le moment venu!

    Posté par La Féline, 22 octobre 2007 à 13:41
  • un petit cadeau d'aurevoir

    http://p3.storage.canalblog.com/37/54/109386/18351643.jpg

    Posté par madamedekeravel, 24 octobre 2007 à 10:43
  • part donc nager à mille lieux sous les mers, plein d' aventures passionnantes t'y attendent... tu laisses des étoiles fossilisées dans nos coeurs, des jolis mots qui vont et viennent aux rythmes des marées dans nos mémoires.... De bien jolies reminiscences les jours où il fait froid....

    Posté par barberine, 25 octobre 2007 à 18:17
  • PLouf !

    Les p'tites fées : merci pour les idées de voyage, les cadeaux, le transat et les étoiles de mer fossilisées.

    Je vous tiendrai au courant des courants qui m'animent...

    Posté par Sardine, 25 octobre 2007 à 19:23
  • Puisque la Sardine, n'est pas très loin, et puisqu'elle semble garder son oeil globuleux vers ces eaux (pas trop) troubles, un petit lien sympathique :

    http://www.premiumwanadoo.com/acrft/Billet_hebdo/Billet27.php

    Bise (ou plutôt, légère succion) d'un poisson d'eau douce

    Posté par frisson, 26 octobre 2007 à 04:05
  • Elle est dans mon placard...

    elles sont bien serrées baignant dans une larme d'huile...

    Je jure de ne jamais les manger mais de les garder en souvenir de toi, elles me rappèleront la "boule à facettes" venue nous rendre visite avec son gentil maquereau, un merveilleux we à Uriage et tous ces bons moments passés à te lire.

    Je préfère croire que ce n'est qu'un aurevoir, pas un adieu. Largue les amarres et bon vent pour la suite.

    Des bises mouillées

    Posté par shygèfe, 26 octobre 2007 à 16:51
  • Alors, tcholébiz'

    Et prends soin de toi sardine à pattes.

    Posté par Yojik, 27 octobre 2007 à 12:30
  • "ne pleure pas caillouououou...je t'aime!"
    Ben non alors, c'est la mauvaise série des blogs qui ferment, alors que moi je reviens!
    J'espère bien que tu continueras à écrire, et à nous donner de tes nouvelles d'une manière ou d'une autre!

    Posté par CarrieB, 19 novembre 2007 à 20:56
  • Une petite pensée pour toi en ce début d'année, qui s'accompagne de bons souhaits et d'une volée de bisous.

    Posté par féekabossée, 02 janvier 2008 à 21:41
  • ...

    bon kestufou!!!!

    Posté par Miro Carlo, 12 janvier 2008 à 09:02

Faire un rond dans l'eau