Une sardine dans le vieux port

Le pire n'est même pas certain

13 octobre 2008

Suivez mon regard....

poisson_1













C'est là qu'il faut cliquer pour être à la page

Lancé par zaile à 09:41 - Ondes [2] - Permalien [#]

16 octobre 2007

Sardine et l'auteur

 

koilight_1

 








Elle : Il faut que je te dise un truc.
Sardine : Quoi encore ?
Elle : Toi et moi on va prendre le large…
Sardine : Quoi ???? Tu m’as prise dans tes filets et maintenant tu veux me balancer au large comme une vieille morue ?
Elle : Sans moi tu n’existes pas, tu ne peux rien faire contre ça. Mais tu resteras à l’intérieur de moi, dans mon cœur-aquarium.
Sardine : mouais….
Elle : Fais pas la gueule ! Tu sais bien que je suis obligée de te garder maintenant, mais je n’écrirai plus sur toi, voilà.
Sardine : C’est vrai ? Je peux rester avec toi alors ? Que toutes les deux ?
Elle : C’est tout à fait ça !

Sardine : Et aux autres, les lecteurs-amateurs de sardine tu vas leur dire quoi ?
Elle : Merci !
Sardine : C’est tout ? C’est un peu léger ça quand même..
Elle : Je ne sais pas quoi dire d’autre…
Sardine : Laisse-moi faire, puisque c’est la dernière fois
Elle : Vas-y !

…………………………….la larme dans l’eau je vous laisse. Je file avec Elle.
Il paraît que dans le sac en plumes de Elle il y a d’autres personnages qui poussent, en plus des ailes.
Il paraît qu’il y a des mots qui se bousculent et le temps qui lui manque, qui lui manque comme si il était déjà mort…
 

Sardine

Lancé par zaile à 19:16 - Ondes [20] - Permalien [#]

06 octobre 2007

sardine et la linea

Juste ça :


Lancé par zaile à 19:36 - Ondes [9] - Permalien [#]

02 octobre 2007

sardine et les jambes

mermaidDM1609_228x400


C'est l'histoire d'une sardine qui voulait une paire de jambes pour aller marcher
Et d'une jeune femme qui voulait une queue recouverte d'écailles argentées pour aller nager
Parfois
Parfois seulement
La vie est mal faite

Lancé par zaile à 20:07 - Ondes [5] - Permalien [#]

01 octobre 2007

Sardine intime

373095536_a557582199


Il est rentré à la maison avec son air de Macro qui avait faim et son oeil charmant.
J'écoutais de la musique, je l'ai serré dans mes nageoires en lui disant "écoute !"
Il m'a écoutée
Je l'ai embrassé
- " Mais ? Tu sens le thon !
- Ah bon ?
- Tu as encore vu ta maîtresse ? "
Nous avons continué de danser, nos regards charmants, moi fière de ma boutade, de son humour.
Lui, tout sourire, m'a serrée un peu plus fort entre ses nageoires....

La musique c'était ça :

Lancé par zaile à 21:14 - Ondes [8] - Permalien [#]